Rentrée doctorale du 9 octobre 2019

Rentrée doctorale 9 octobre 2019 réponse de Séverine Parayre à Philippe Meirieu

Je reprends une de vos phrases, exprimant que « l’université doit se préoccuper beaucoup plus de pédagogie qu’elle ne le fait », et j’ai envie de développer à partir de cela trois points, ce sont trois éléments qui préoccupent non seulement l’enseignante-chercheure que je suis, mais aussi la nouvelle directrice du cycle de Master et je veux donc vous amener vers une discussion qui concerne l’université. Ce sont également des éléments qui préoccupent tous les collègues, enseignants, enseignants-chercheurs, formateurs et qui dans cette faculté sont à l’étude et au projet facultaire.

Le premier concerne la pédagogie à l’université et dans les formations initiale et continue.

Le second est celui d’une pédagogie de la recherche, parce que la recherche ça s’apprend et cela doit se pratiquer.

Le dernier est celui de la recherche en pédagogie et peut contribuer largement à alimenter les deux premiers points.

  1. Pédagogie à l’université et dans les formations initiale et continue 

À l’ISP-Faculté d’éducation, nous avons les mêmes problèmes que d’autres collègues universitaires ; nous remarquons parfois dans nos cours des étudiants nonchalants, ou des « touristes » (enfin, nous pourrions le penser), qui n’ont pas l’air (à priori) très attentifs aux contenus de cours. Ils se réfugient parfois derrière leurs ordinateurs et ce n’est alors apparemment pas l’éducation, ni la pédagogie qui semblent les passionner. La grande question qui se pose alors, elle est universelle : comment motiver nos étudiants à apprendre ? Il semble que nos chers doctorants, ici présents, soit exempts de telle problématique et réussissent à se concentrer des heures sur des textes les plus complexes, nous les verrons à l’œuvre au premier séminaire de Jean-Marie Barbier et Guy Berger, – c’est pour vous rappeler chers doctorants que nous comptons sur vous-. Pourquoi donc certains seraient plus motivés que d’autres ? Si pour vous Philippe Meirieu cette question est habituelle ; pour nous à l’université, elle est un enjeu pédagogique fondamental. Sans la motivation à apprendre, nous n’avons pas l’impression d’exercer correctement notre métier d’enseignant-chercheur, ni de former correctement nos étudiants à être de futurs professionnels de l’éducation. Vous dites une chose très intéressante à ce propos Philippe Meirieu, en pédagogie à l’université, « le comment éclipse souvent le pourquoi ». Aussi nous ne devons pas nous demander seulement quelles méthodes et quels outils capteront l’attention, nous ne pouvons pas non plus simplifier nos contenus, nous devons nous demander pourquoi les étudiants auraient intérêt à être plus attentifs, qu’ont-ils à y gagner ? Et pourquoi cela nous dérange quand ils ont l’air de ne pas écouter ?

Cette problématique est récurrente à l’université, bien plus en Licence qu’en Master, disons qu’elle ne se pose peut-être pas de la même manière. Cela peut s’expliquer parce qu’en Master les effectifs dans certains parcours sont moindres, les groupes plus hétérogènes (en âge, en culture, en profession-reconversion), que les personnes se destinent à un métier et qu’elles ont des désirs de se professionnaliser, qu’elles ont donc commencé à affiner leur propre projet professionnel. En Licence, les âges sont plus homogènes, les étudiants plus jeunes, les groupes moins mixtes, le projet professionnel n’est pas toujours dessiné, les cours peuvent être éloignés du métier auquel ils se destinent. Et puis, il serait bien de ne pas l’oublier, c’est le bel âge en quelque sorte, celui de l’insouciance, tout est encore possible et les étudiants socialisent à l’université ; parfois ils viennent surtout pour les amis (il faut vraiment en être conscient). Je me rappelle de mon propre cursus en biologie, j’avais exactement leur âge, est-ce-que j’étais motivée ? Oui absolument et certainement plus pour socialiser avec mes pairs que pour apprendre ; certainement plus pour apprendre des autres que de la discipline. Je dirais que la biologie m’a appris à partager, à rire et à ironiser, à m’émanciper aussi, elle m’aurait donc permis non pas de retenir le cycle de krebs par cœur (impossible de me souvenir de cela), mais bien plus de développer un savoir-être. A bien y réfléchir, je pense que j’allais plus en cours pour m’éclater que pour étudier. Si nos cours peuvent aussi permettre tout cela (et j’aime bien les voir aussi rire dans mes cours et rire avec eux), cela ne signifie pas que ces mêmes étudiants qui n’ont pas l’air de suivre ne réussiront pas, ou n’auront pas le déclic un jour. Ils pourraient même nous surprendre.

Pas plus tard qu’une semaine, à deux séances d’intervalles avec le même groupe. J’ai eu une séance de méthodologie de recherche avec les L3. La première séance, je l’avoue n’avait rien de très palpitant, il s’agissait de comparer les revues scientifiques en sciences de l’éducation et les revues professionnelles, afin de comprendre leurs fonctionnements, contenus etc. Les étudiants n’ont pas été d’une grande motivation (mais est-ce-que je l’étais moi-même ?), j’ai eu de mon côté une impression de vide, pas beaucoup de participation, ni beaucoup de questions et l’heure qui ne passait pas. Eh bien le lendemain, toujours avec le même cours et le même groupe : plus rien à voir, des étudiants motivés, participant, une séance agréable pour toutes et tous. Que s’était-il passé ? Cette séance-là bien plus intéressante les mettait face à un problème de classe à résoudre, problème d’actualité un enfant hyperactif, qu’est-ce-que l’hyperactivité et comment faire pour remédier à ses difficultés d’apprentissage ? Où chercher des renseignements ? Autrement dit, entre la séance 1 et la séance 2 : nous n’avions pas beaucoup changé, ni eux, ni moi ; personne n’était plus intelligent ; je n’avais pas utilisé d’un coup des outils ou des méthodes extraordinaires ; non, je venais de les mettre face à une situation problème, autrement dit je venais de rajouter du sens à l’apprentissage. Là où les revues avaient paru abstraites, la situation problème demeurait plus concrète. Et pourtant me fallait-il aussi en passer par l’abstraction pour qu’ils découvrent les revues ? Peut-être réfléchir à plus de sens dans l’apprentissage de ses revues ? Mais alors, faudrait-il toujours qu’il y ait du sens pour que les étudiants soient motivés à apprendre ? Question polémique : faudrait-il toujours être motivé pour apprendre des savoirs académiques à l’université ?        

  1. Pédagogie de la recherche : la recherche s’apprend

Est-ce-qu’on apprend à chercher à l’université ? Et comment le faire ? Je vous pose ces questions et j’ai des éléments de réponse, vous pouvez bien évidemment en avoir d’autres.

La problématique souvent rencontrée peut concerner les hypothèses présentées en thèse qui n’en sont pas ; mais surtout nous observons des corpus insuffisamment analysés ou encore le manque de précaution pris dans l’analyse. Autrement dit, la méthodologie de la recherche et la manière dont nous l’enseignons, est certainement à revoir et à améliorer.

Le problème ne vient pas tant des doctorants que de l’apprentissage de la recherche à l’université. Si les séminaires permettent de présenter des textes et des thèses, de développer son esprit critique, de confronter ses réflexions et de comprendre la recherche ; les ateliers de méthodologie doivent être des lieux, des espaces, des échanges pour éprouver la recherche et se confronter au réel de la recherche : les difficultés, les problèmes éthiques, les méthodes à employer et leurs critiques, les incertitudes et les erreurs, les solutions à apporter, les remises en question.

Autrement dit, à la manière de tout artisan, il nous faut tester, faire et refaire, nous confronter aux problèmes, mais aussi créer, et comme le dirait l’historien suisse de la santé Vincent Barras : « éclairer les parts d’ombre », ne pas chercher la simplicité, mais entrevoir la complexité.

Il faudra donc être confronté au processus de la recherche à tous les niveaux pour pouvoir entrer dans le processus de la recherche. Tout métier évolue, il faut donc s’attendre à ce que le processus engagé lors de la thèse ne soit qu’un point de départ. Vous ne serez pas chercheur en sortant de la thèse, vous serez chercheur en continuant à chercher après la thèse et en étant toujours en perpétuelle évolution. Pour être chercheur, le préalable et qui pourrait paraître une banalité, il ne faudra jamais arrêter de chercher. Tel le dessinateur japonais Hokusai estimant que si à cinquante ans il avait beaucoup dessiné, rien de ce qu’il a fait avant sa 70éme année « ne mérite vraiment qu’on en parle ». Il précisa : « à 86 ans j’aurai fait de plus en plus de progrès, et à 90 ans j’aurai pénétré plus avant dans l’essence de l’art, à 100 ans j’aurai définitivement atteint un niveau merveilleux » (Henri-Alexis Baatsch, Hokusai, Le fou de dessin). Cela laisse aussi bien de la marge à nos étudiants…que de l’espoir pour nos chercheurs plus âgés.

À la fin du XIXe siècle, le bactériologiste suisse Alexandre Yersin en découvrant le bacille de la peste à Hong Kong n’avait pas de grand moyen ; en face de lui les japonais avaient tout un arsenal d’hommes et de matériel (je vous renvoie à l’ouvrage de Patrick Deville, Peste et Choléra). Yersin était seul, seul avec son intuition, et sa persévérance, seul à chercher en permanence la petite bête (c’est le cas de le dire). Yersin a pris un chemin de traverse sinueux, là où les japonais ont pris une autoroute sans encombre. Nous le savons, ce n’est pas sur les autoroutes que les choses les plus intéressantes se passent. Ici nous avons la façon de faire, il y aussi l’objectif : pourquoi on cherche ?

Je me souviens de mon directeur de thèse Georges Vigarello qui m’avait dit : « n’allez pas voir ma thèse ! », comme si c’était dépassé ou qu’il avait bien avancé depuis. Bien sûr, qu’il avait avancé, bien sûr que ce n’était pas un aboutissement, mais un commencement et bien sûr qu’il fallait remettre tout cela dans son contexte de l’époque. Si Michel Foucault dans les années 1970 fut inspiré par le concept de biopouvoir ; aujourd’hui, il travaillerait peut-être beaucoup plus sur l’empowerment et l’émancipation. Le chercheur n’évolue pas en dehors de son contexte de société et des problématiques qui la traversent.

Nous nous devons donc à l’université réfléchir aussi à une pédagogie de la recherche pour que nos doctorants deviennent des artisans de la recherche. Nous travaillerons à leur côté, nous leur exposerons nos propres doutes ; nous devons développer une communauté de chercheurs qui évolue en cherchant, non pas qui détiendrait une vérité, ni une expertise ; mais une communauté qui se renouvelle et se questionne sans cesse.

  1. Recherche en pédagogie

Si la pédagogie n’est pas une science, la pédagogie a-t-elle besoin de la science ? Qu’apporte la recherche à la pédagogie ? Pourquoi faire de la recherche en pédagogie, ou plutôt de la recherche sur la pédagogie, de quelle manière et dans quel but ?

La pédagogie comme la médecine, est un art, une pratique ; toutes les deux ont en commun de ne pouvoir le faire sans la recherche. Impossible en médecine de soigner sans tenir compte des avancées médicales et de la recherche en biologie. Est-il possible en pédagogie de transmettre sans tenir compte de la recherche ? Sans cela, nos propres formations de Master MEEF n’auraient pas de sens. Il importe donc à l’université davantage que la recherche inspire, fasse bouger nos formations. Si nos recherches n’ont pas plus de portée politique, si elles peuvent en revanche servir nos propres formations, ce sera une grande avancée. Précisément, nous avons besoin d’une recherche en pédagogie et en sciences de l’éducation la recherche en pédagogie universitaire mérite effectivement d’être beaucoup plus développée.

La recherche en pédagogie a de nombreux sujets à exploiter :

  • La pratique pédagogique et la relation éducative à l’université
  • Les tensions existantes entre professionnalisation et recherche dans les différents cycles
  • L’inspiration des pédagogies nouvelles à l’université : que devient le concept cher à John Dewey « d’apprendre en pratiquant » ? Et que faire des contenus académiques et de la manière de les enseigner ? Que faire de la posture et de place de l’étudiant et de celle des enseignants ?  etc….Les chantiers sont bien plus inépuisables.

Si chez les médecins, le renouvellement professionnel par la recherche doit se faire tout au long de la carrière-du moins il est souhaitable-nous pourrions dire que la vie du patient en dépend ; alors qu’en est-il des enseignants et des professionnels de l’éducation ? Ici aussi, le renouvellement professionnel par la recherche est de mise et la formation professionnelle a donc tout intérêt à garder ce lien étroit avec la recherche. Les formateurs le prennent souvent en compte dans leurs formations, ils peuvent eux-mêmes avoir été confrontés au processus de la recherche. Et là aussi, tout de même, sans être trop défaitiste, l’orientation et la vie des jeunes pourraient en dépendre. 

De là à dire que la recherche aide à former les professionnels, cela me paraît une évidence ; alors même que le mémoire aujourd’hui en Master MEEF est vécu par nos étudiants comme une corvée. Non, vraiment, la recherche ne sera jamais une corvée, elle n’est pas non plus à minimiser, ou à réduire, encore moins à bâcler. La recherche en pédagogie doit vraiment reprendre sa place, être au centre de nos dispositifs de formations. Je vous donne nos lignes de route pour le Master…les directives ministérielles à venir nous préparent à 15% de recherche dans les parcours de Master ; mais cela ne signifie pas que les autres cours ne s’inspireront pas des avancées de la recherche.

Pour finir, deux questions centrales, même si j’en ai déjà posées tout au long de mon propos et deux questions qui anime l’université et vous aurez peut-être envie de discuter les autres questions abordées, sentez-vous libres-comme disent les québécois-

  1. Quels sont les éléments déterminants à prendre en compte pour une pédagogie de la recherche ? Autrement dit, qu’est-ce-qui est important dans la formation du chercheur ?
  2. De quelle manière créer ce lien primordial entre recherche et professionnalisation, nous pourrions même dire comment penser la professionnalisation par la recherche ? Ce qui sous-entend comment former les professionnels de demain ? Est-ce différent de la formation du chercheur ?   

Je vous remercie pour votre attention et pour vos réponses à ces quelques questionnements.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search